Blogue

La réponse à vos questions en matière d'entraînement et de nutrition
22 Octobre 2018 à 10:00
DANS LA PEAU DE : Émy Dallaire, «la bleuet» 2e au Canada
DANS LA PEAU DE : Émy Dallaire, «la bleuet» 2e au Canada
Description

Interview de 13 questions sur cette boxeuse du Saguenay Lac-Saint-Jean classée 2e au Canada et qui à récement gagné la médaille d'or au Jeux du Québec à Alma

Poids: 51 KG

Fiche : 10V-3D-1N, 3 par TKO

2e Canada Juvénile 52KG (Médaille d’argent)

2e Canada Junior 51KG (Médaille d’argent)

Championne des Jeux du Québec à Alma (Médaille d’or)

 

Comment en es-tu venu à commencer la boxe?

Je venais juste d’arrêter le soccer donc j’avais environ 13 ans et mon père venait de recommencer à s’entrainer chez Cardio Boxe à Chicoutimi. Par la suite, dès les premières bases de boxe dans la cours en arrière de chez moi, j’ai vraiment aimé ça et je voulais déjà aller aux Jeux du Québec à Alma.

Aujourd’hui, ça fait maintenant 4 ans que je pratique ce sport et il me passionne toujours autant.

 

Quelle est ta plus grande qualité comme boxeuse?

J’ai un très bon esprit d’analyse et je suis assidue à l’entrainement.

 

Que penses-tu des effets à long terme de la boxe en lien avec les possibles commotions cérébrales?

Je crois qu’il faut simplement faire preuve de jugement par rapport à cela et savoir quand arrêter et accrocher ses gants. De plus, contrairement à la croyance populaire, la boxe arrive après plusieurs autres sports en ce qui concerne la liste des sports ayant le plus grand nombre de cas de commotions cérébrales.

À mon avis, l’avenir à long terme repose sur le jugement des athlètes.

 

À quel moment as-tu commencé à voir que tu avais du potentiel dans ce sport?

Je dirais dès les premiers mois d’entrainement puisque j’ai appris extrêmement vite et l’on pouvait déjà voir ma grande facilité à exécuter les mécanismes de mouvements demandés. Il est certain que ma passion pour ce sport a aidé à ma vitesse d’apprentissage. Cependant, je pense qu’à la base le «naturel» se faisait aussi simplement ressentir.

 

Tes objectifs d’ici la fin 2018 et en 2019 :

Pour la fin de l’année 2018, je vise la médaille d’or aux Gants d’orées. Pour l’année 2019, je veux me qualifier pour les Canadiens pour encore une fois me battre pour le titre de championne canadienne.

 

Tes objectifs à long terme dans la boxe :

J’ai toujours voulu aller aux Olympiques. Seullement l’avenir connait les chances qui vont s’offrir à moi dans les prochaines années. En fonction de cela, je vais décider de ce qui est le mieux pour ma carrière de boxeuse.

 

Ton idole :

J’ai eu longtemps comme idole Ronda Rousey quand elle était championne en UFC. Ensuite, j’ai toujours aimé le parcours de vie et de carrière de la joueuse de Basketball de 6,8 pieds: Brittney Griner. Sinon, dans le monde de la boxe, j’ai plusieurs boxeurs et boxeuses dont je suis fan: Claressa Shields, Nicola Adams et Vasyl Lomachenko. En bref, j’ai plusieurs idoles et personnalités sportives qui sont de bonnes sources d’inspiration autant dans le monde du sport que dans la vie en général.

 

Parle-nous de ta relation avec ton père qui est aussi régulièrement ton entraineur :

J’ai toujours eu une très belle relation avec mon père au niveau père-fille et au niveau coach-athlète. Il a été facile pour nous de se développer des liens solides et de bien s’entendre sur presque tout, puisque l’on partage une passion commune qui est la boxe. De plus, mon père et moi on a toujours ri, pleuré et fait les clowns ensemble.

Grâce à ce lien fort que j’ai avec lui, je sais que même si je vis loin maintenant, il va toujours être là pour m’épauler dans l’entrainement et la vie en général même si c’est à l’autre bout du téléphone.

 

Faire le poids avant tes combats est-il difficile pour toi? Comment fonctionnes-tu?

Le niveau de difficulté de la perte de poids est vraiment variable, car cela dépend de plusieurs facteurs, par exemple mon poids initial, si c’est un combat dans un gala ou si c’est une compétition.

Il est certain que les programmes en alimentation que me fait Adrénaline me facilitent beaucoup la vie à ce niveau. Les plans sont très bien organisés et spécifiques à moi et à chaque perte de poids. Cela me permet de mieux structurer mes repas et surtout de ne pas manquer d’énergie pour continuer à m’entrainer en vue de mes combats comme par exemple pour le prochain qui arrive le 24 octobre!

 

Combien d’heures d’entrainement as-tu durant une semaine normale :

Par semaine, je réalise 8 heures de boxe, 4 heures de musculation, dont mon programme de musculation spécifique par Adrénaline, et 3 ou 4 courses d’environ 5km. Au total, je fais environ 15h d’entrainement par semaine. 

Je voulais trouver l’équilibre entre les entrainements mon l’école. J'ai alors décidé à mon entrée au cégep de faire mes sciences nature sur 3 ans au lieu de 2 ans. En raison de cela, j'ai moins de cours par semaine et cela me donne le temps de m’entrainer au travers des cours, des examens et des devoirs.

 

Tu es aussi dans l’armée. Cela implique quoi comme routine en plus de la boxe et l’école?

En ce moment, j’attends toujours après mon long processus de transfert de régiment. Par contre, je vais éventuellement travailler en plus de la boxe et mes études. En revanche, la réserve de l’armée a un horaire d’emplois qui «match» plutôt bien avec mon style de vie. Je ne suis pas inquiète que cela va bien s’intégrer dans mon quotidien.

 

As-tu une routine spécifique avant un combat important?

Bien sur!  En fait, les petits détails sont importants pour la préparation mentale et pour garder le focus. Ma routine passe par la musique que j’écoute (toujours les mêmes chansons avant mon combat), par les activations que je fais et même par la petite séance de massage à la vaseline des bras. Il y a beaucoup d’autres étapes et de détails, mais en bref il faut juste que je m’assure de ne pas avoir d’autres facteurs de stresse que le combat. Il n'y a rien de mieux qu’une routine et des habitudes pour se mettre confortable avant une compétition.

 

Quel est ton plus beau moment de boxe?

Il est certain que mon camp d’entrainement en Irlande était l’un des plus beaux et des plus enrichissants moments que j’ai vécu en boxe. Par contre, pour moi chaque compétition est un moment magnifique. C’est comme si que pendant quelques jours on vivait dans notre monde de boxe à nous et c’est vraiment plaisant à vivre.

Kinésiologue, DESS Nutrition
Partagez sur